A single man, Tom Ford

A single manA single manA single man

[…] spécial sixties. Le cadre froidement classieux étouffe l’émotion, malgré les efforts du réalisateur : tic-tac de l’horloge (ah, le temps…), très gros plans sur un visage d’enfant (ah, la vie…). Du coup, les thèmes du film – le deuil, la difficulté à vivre son homosexualité à l’orée des années 1960 – restent confinés dans les limites d’un bel exercice de style. Heureusement, il y a les acteurs. Très loin de ses personnages fleur bleue du temps du Journal de Bridget Jones, Colin Firth livre une performance discrètement poignante, qui lui a valu le prix d’interprétation au dernier festival de Venise. Et Julianne Moore apporte une présence fantasque, en meilleure amie transie et légèrement alcoolo.

Cécile Mury

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s